You are here » home advanced search search results Dasypeltis confusa

Dasypeltis confusa TRAPE & MANÉ, 2006

Can you confirm these amateur observations of Dasypeltis confusa?

Add your own observation of
Dasypeltis confusa »

We have no photos, try to find some by Google images search: Google images

Higher TaxaColubridae, Colubrinae, Colubroidea, Caenophidia, Alethinophidia, Serpentes, Squamata (snakes) 
Subspecies 
Common NamesE: Confusing Egg Eater
G: Westafrikanische Eierschlange 
SynonymDasypeltis confusa TRAPE & MANÉ 2006
Dasypeltis confusa — PAUWELS & VENDE WEGHE 2008
Dasypeltis confusa — BATES 2013
Dasypeltis confusa — WALLACH et al. 2014: 210 
DistributionGuinea (Conakry), Guinea-Bissau, Senegal, Gabon, Cameroon, Togo, Nigeria, Chad, Sierra Leone, Liberia, Ivory Coast, Ghana, Benin

Type locality: Ibel (12°31’N, 12°23’W), Sénégal oriental. Map legend:
Type locality - Type locality.
TDWG region - Region according to the TDWG standard, not a precise distribution map.

NOTE: TDWG regions are generated automatically from the text in the distribution field and not in every cases it works well. We are working on it.
 
Reproductionoviparous 
TypesHolotype: MNHN 2006.0303 (anciennement IRD S-3105), récolté entre mars 1993 et février 1994 par un paysan de ce village qui l’a remis aux auteurs. 
CommentDescription of holotype: L’holotype (MNHN 2006.0303) est une femelle adulte qui présente les mensurations suivantes : longueur totale (LT) 696 mm, longueur du corps (LC) 602 mm, longueur de la queue (LQ) 94 mm, rapport LT/LQ 7,4.
La tête est petite et assez peu distincte du cou. Le museau est arrondi. L’œil est de taille moyenne avec une pupille verticale. La nasale est semi-divisée. Il existe deux internasales et deux préfrontales. Les internasales sont nettement plus petites que les préfrontales. La frontale est de grande taille et un peu plus longue que large. Elle présente un petit nombre de fossettes apicales qui sont réparties uniquement sur les rebords. Il existe une préoculaire et deux post- oculaires. Les labiales supérieures sont au nombre de sept, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La formule temporale est 2+3. La temporale antérieure inférieure est fortement allongée. Les labiales inférieures sont au nombre de sept, les trois premières en contact avec les mentonnières antérieures. Les mentonnières postérieures sont beaucoup plus petites que les mentonnières antérieures. Il n’existe pas de gulaires. Les écailles dorsales sont fortement carénées. Elles sont disposées sur 25 rangs obliques au milieu du corps. Les quatrième, cinquième et sixième rangs présentent une dentelure fortement marquée. Au niveau du début de la queue, les rangs dorsaux présentent une dentelure faiblement marquée. Le rang vertébral n’est pas élargi. Les ventrales sont au nombre de 238. Elles sont entièrement lisses. L’anale est simple. Les sous-caudales sont lisses et divisées. Elles sont au nombre de 62.
Après conservation dans le formol puis l’alcool, la coloration du dessus du corps est brun clair avec soixante-douze taches médianes brun foncé entre le cou et le niveau de l’anus alternant avec de petites zones plus claires. De chaque côté du corps on observe un nombre équivalent de bandes transverses brun foncé. Elles débutent généralement au niveau de la partie cen- trale des taches médianes de même couleur. Ce type de coloration tachetée se prolonge sur le dessus et le côté de la queue mais devient progressivement de moins en moins distinct vers son extrémité. Sur le dessus de la tête et du cou, on observe deux chevrons brun foncé dirigés vers l’avant. Le dessous de la tête, du corps et de la queue est beige clair [from TRAPE & MANÉ 2006].

Description des autres spécimens: Les 32 spécimens de Guinée et du Bénin se répartissent en 11 mâles, 15 femelles et 6 spécimens mutilés. Le plus grand mâle mesure 540 mm, la plus grande femelle 742 mm. La longueur moyenne des mâles est de 393 mm (écart-type : ± 102 mm), celle des femelles est de 498 mm (écart-type : ± 183 mm). Le rapport LT/LQ varie de 5,6 à 6,3 chez les mâles (moyenne : 5,9 ; écart-type : ± 0,3) et de 6,8 à 7,8 chez les femelles (moyenne : 7,2 ; écart-type : ±0,3). Le nombre de rangs dorsaux varie de 23 à 25 chez les mâles (moyenne : 24,6) et de 24 à 26 chez les femelles (moyenne : 25,0). Le nombre de ventrales varie de 213 à 223 chez les mâles (moyenne : 218,4 ; écart-type : ± 3,3) et de 224 à 236 chez les femelles (moyenne : 230,7 ; écart-type : ± 3,7). Le nombre de sous-caudales varie de 66 à 73 chez les mâles (moyenne : 68,6 ; écart-type : ± 2,4) et de 56 à 64 chez les femelles (moyenne : 59,3 ; écart-type : ± 2,4). La nasale est toujours semi-divisée. Les autres caractéristiques de l’écaillure de ces spécimens et leur coloration sont similaires à celles des exemplaires du Sénégal [from TRAPE & MANÉ 2006].

Distribution: see map in GÖTHEL 2015: 19. 
Etymologynamed for the fact that it has been confused with other Dasypeltis species previously. 
References
  • Bates, M.F. 2013. First records of the egg-eating snake Dasypeltis confusa Trape & Mane, 2006 in Nigeria and Chad, with range extensions for Ghana. Navors. nas. Mus., Bloemfontein 29 (2): 17-27.
  • Böhme, Wolfgang, Mark-Oliver Rödel, Christian Brede & Philipp Wagner 2011. The reptiles (Testudines, Squamata, Crocodylia) of the forested southeast of the Republic Guinea (Guinée forestière), with a country-wide checklist. Bonn zoological Bulletin 60 (1): 35-61 - get paper here
  • Chirio, L. & Lebreton, M. 2007. Atlas des reptiles du Cameroun. MNHN, IRD, Paris 688 pp.
  • Göthel, Helmut 2015. Die Pazifisten unter den Schlangen – Afrikanische Eierschlangen der Gattung Dasypeltis. Draco 16 (61): 6-21 - get paper here
  • Göthel, Helmut 2015. Die Eierschlangenarten Afrikas. Draco 16 (61): 78-92 - get paper here
  • Pauwels, O.S.G. & Vande weghe, J.P. 2008. Les reptiles du Gabon. Smithsonian Institution, Washington: 272 pp. - get paper here
  • Segniagbeto GLazcano. H., Trape J. F., David P., Ohler A., Dubois A. & Glitho I. A. 2011. The snake fauna of Togo: systematics, distribution and biogeography, with remarks on selected taxonomic problems. Zoosystema 33 (3): 325-360. DOI: 10.5252/z2011n3a4 - get paper here
  • TRAPE Jean-François and Youssouph MANÉ 2006. Le genre Dasypeltis Wagler (Serpentes : Colubridae) en Afrique de l’Ouest : description de trois espèces et d’une sous-espèce nouvelles. Bull. Soc. Herp. France 119: 27-56 - get paper here
  • Trape, J.-F. & Mané, Y. 2006. Guide des serpents d’Afrique occidentale. Savane et désert. [Senegal, Gambia, Mauritania, Mali, Burkina Faso, Niger]. IRD Editions, Paris, 226 pp. - get paper here
  • TRAPE, JEAN-FRANÇOIS & CELLOU BALDÉ 2014. A checklist of the snake fauna of Guinea, with taxonomic changes in the genera Philothamnus and Dipsadoboa (Colubridae) and a comparison with the snake fauna of some other West African countries. Zootaxa 3900 (3): 301–338
  • Trape, S.; Mediannikov, O.; Trape, J.F. 2012. When colour patterns reflect phylogeography: New species of Dasypeltis (Serpentes: Colubridae: Boigini) from West Africa. Comptes Rendus Biologies 335 (7): 488–501 - get paper here
  • Wallach, Van; Kenneth L. Williams , Jeff Boundy 2014. Snakes of the World: A Catalogue of Living and Extinct Species. Taylor and Francis, CRC Press, 1237 pp.
 
External links  
Is it interesting? Share with others:

As link to this species use URL address:

http://reptile-database.reptarium.cz/species?genus=Dasypeltis&species=confusa

without field 'search_param'. Field 'search_param' is used for browsing search result.



Please submit feedback about this entry to the curator